Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 17:18

 

 

Congolais, congolaises,

Mes chers compatriotes,

 

L’année 2011 s’est terminée comme l’année 2010 dans la tristesse, la désolation et la consternation à tous les niveaux.

L’école a poursuivi sa décrépitude, aggravant de façon alarmante la déscolarisation sur l’ensemble du territoire national.

 

La misère grandit en raison à la fois de l’absence et de la modicité des revenus, de l’inflation galopante qui érode chaque jour les maigres revenus de ceux qui en disposent encore.

 

A ce tableau réel, bien funeste, le pouvoir tente désespérément d’opposer la démagogie en parlant de développement, de construction d’infrastructures structurantes, d’industrialisation et de modernisation. Tous ces mots  alignés dans le dernier message à la nation de Denis SASSOU NGUESSO ont pourtant un contenu bien connu et bien spécifié dans le Larousse, dictionnaire français. Pourquoi donc les utilise-t-il mal à propos dans un pays où la nature gagne du terrain et domine, les érosions ôtent  le sommeil à de nombreux citoyens, les principaux centres urbains se transforment ostensiblement en poubelles géantes. Qui ne sait pas par exemple qu’à Brazzaville, capitale du pays, les pluies font déborder les latrines qui envoient dans les rues transformées en marécages tout leur contenu avec tous les désastres imaginables, provoquant l’éclosion d’épidémies comme le choléra, la fièvre typhoïde, le chicoungougna etc …

 

Chers compatriotes,

 

C’est vrai qu’un barrage hydro-électrique a été inauguré à Imboulou, qu’une centrale à gaz a été inaugurée à Pointe-Noire, mais dans les deux villes, les habitants attendent toujours et désespérément le courant électrique.

C’est vrai que grâce au pétrole dont la production décline d’ailleurs pour revenir à 105 millions de barils en 2012, le taux de croissance qui a atteint 6,7 % en 2011, devrait rester positif à 6% en 2012,  le budget de la république a été arrêté  à 3 645 milliards de Francs avec un excédent prévu de 1000 milliards de FCFA. Mais, ce que le dernier message de Denis SASSOU NGUESSO ne dit pas, c’est que ces chiffres comportent des zones d’ombre qu’il convient d’éclaircir :

L’emprunt prévu de 464 milliards de FCFA aux conditions non précisées auprès de la République populaire de Chine.

 

Les prêts à consentir de 200 milliards dont 100 milliards à la BDEAC.

 

La non reprise dans le budget des excédents budgétaires antérieurs qui depuis 2003 avoisinent globalement plus de 6000 milliards de FCFA.

 

La non reprise dans le cadre budgétaire des dépôts importants qui gisent à la Banque de Chine (plus de 500 milliards de FCFA) et dans les paradis fiscaux en Asie, en Europe et dans le Golfe.

 

Et cette interrogation préalable.

Comment le budget 2011 s’est-il exécuté ?

            Avec un peu d’hésitation, une hésitation qui dénote d’une gêne de dire ce qu’il ne recèle pas une réalité, le Président annonce l’augmentation du salaire minimum de 6000 FCFA, celle des allocations familiales à 5000 FCFA et de 50% des bourses d’étudiants. Mais à la lecture, le budget 2012 ne comporte aucune de ces trois petites mesures ridicules alors qu’il vient d’être acclamé par les « députés » seulement le 15 décembre 2011. Bien évidemment, la date d’effet n’est pas précisée et les Congolais s’en moquent parce que le plus important, le vital a été simplement passé sous silence dans ce discours impassible qui sonne plutôt autre chose.

                        Peuple congolais, chers compatriotes,

            Que pourrait dire Denis SASSOU NGUESSO après près de trente ans d’un exercice solitaire du pouvoir ? Il fait des proclamations justes pour tenter de s’accrocher désespérément au pouvoir alors que sous sa gouvernance le pays descend inexorablement aux enfers générant des anti-valeurs comme la corruption, la concussion, l’appropriation illicite du patrimoine national par les membres du clan, la dépravation à grande échelle des mœurs. Il parle de paix et de tranquillité dans un pays où la police, la garde présidentielle et la milice de Tsambitso pillent, massacrent et marchent sur tout impunément. A quelques jours d’ailleurs du prononcé de ce discours, ces hordes n’ont pas hésité à mettre aux arrêts  avec armes aux points un paisible citoyen dans son domicile simplement parce qu’il est le garde du corps d’un patriote démocrate convaincu et résolu.

                        Chers compatriotes,

            Notre pays a atteint le point de rupture et vous devez vous rendre compte. La diversion lamentable d’Ewo éclaire à suffisance le fait qu’il n’y a plus rien à attendre de ce pouvoir, même si nous devons continuer à croire aux vertus d’un vrai dialogue politique dans le pays. Le processus électoral est plombé. Les élections législatives de 2012 s’annoncent donc comme une véritable parodie, une catastrophe de plus pour le Congo. Une vraie correction doit intervenir et très rapidement. Nous n’avons pas le droit, comme l’ont fait le clan et les démagogues corrompus à Ewo, d’autoriser en 2012 la réédition des parodies électorales de 2002, 2007,2008 et 2009.

Un autre dialogue politique franc et sincère de toute la classe politique nationale doit donc se réunir à Brazzaville avant ces élections pour qu’un cadre adéquat et approprié en vue des élections transparentes justes et équitables soit arrêté et approuvé.

            Voilà pourquoi, chers compatriotes en cette nouvelle année 2012, j’en appelle à votre génie, à toutes vos capacités, à toutes vos intelligences pour faire en sorte que :

 

La mobilisation du peuple s’intensifie,

 

La détermination des vrais patriotes, démocrates et républicains s’aiguise,

 

Le rassemblement des vraies forces patriotiques s’accomplisse effectivement à travers  les associations, les partis et les groupements politiques acquis à la cause de notre Peuple.

 

L’alternance, le changement et l’émergence de vraies conditions d’une démocratie effective dans notre pays sont à ce prix. Je vous exhorte à l’assumer. Là résident l’espoir et l’espérance.

 

 

Bonne et heureuse année 2012.

 Vive le Congo.

 Vive la république

                                              

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DZON MATHIAS
commenter cet article

commentaires

Profil

  • DZON MATHIAS
  • Mathias Dzon, économiste de formation, Président de l'ARD et premier secrétaire de l'UPRN
  • Mathias Dzon, économiste de formation, Président de l'ARD et premier secrétaire de l'UPRN

Recherche

Archives

Articles Récents

Liens