Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Né en 1947 à Ingouelé à 35KM de Gamboma dans la région des plateaux, Mathias DZON est père de onze enfants.
Mathias DZON débute sa scolarité à OBABA et Gamboma où il obtient son certificat d’études primaires.
Il entame les études secondaires au lycée technique  d’état de Brazzaville où il obtient, le brevet d’études du premier cycle (BEPC), le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) de comptabilité et le brevet supérieur d’études commerciales(BSEC), option comptabilité.
Il s’inscrit ensuite au centre d’enseignement supérieur de Brazzaville (CESB), établissement de la fondation d’enseignement Supérieur en Afrique centrale (FESAC) où il suit les enseignements de sciences économiques sanctionnés par le diplôme d’études  économiques générales (DEEG).

Il est alors sélectionné pour poursuivre ses études en France. Inscrit à l’université de Nantes (Loire Atlantique), il y obtient au bout  de deux années de séjour sa Licence Es Sciences Economiques.
Mathias DZON décide alors de quitter Nantes pour Paris où il obtient une inscription à l’université de Paris I Panthéon Sorbonne. Il y obtient son diplôme  d’études supérieur (DES) en économie monétaire. Il s’inscrit à  Paris X –Nanterre en vue de la préparation d’une thèse d’état qu’il soutient publiquement en janvier 1978  et le jury constitué à cet effet lui attribue la mention très bien.
En septembre 1977, il est admis au concours d’entrée à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). Au terme d’une formation de douze (12) mois, il intègre l’encadrement supérieur de cette institution et est affecté en septembre 1978 à l’agence de la BEAC de Pointe-Noire  en qualité de chef des services, crédit, études et balance des paiements.
En juillet 1979, il est affecté à la Direction Nationale de la BEAC à Brazzaville où il dirigera  les services de crédit et contrôle des Banques.
En Avril 1985, il est  nommé Directeur Général de la Banque Internationale du Congo (BIDC), fonction qu’il assumera jusqu’en 1995, date à laquelle il démissionnera de cette Banque pour rejoindre la BEAC, agence de Pointe-Noire en qualité de fondé de pouvoir.
En 1996, la conjoncture politique post conférence nationale le contraint à l’exil. Il quitte ainsi le Congo pour se refugier d’abord au Gabon et ensuite en France.
En octobre 1997, lorsque les événements douloureux qui endeuillent le Congo prennent quasiment fin, Mathias DZON, qui a toujours rêvé de jouer un rôle majeur dans son pays quitte la France et rentre au Congo. 
Début Novembre 1997, Mathias DZON est nommé Ministre de l’économie, des Finances et du Budget du premier gouvernement d’après guerre et y restera jusqu’en Août 2002.
En 2003, Mathias DZON, est nommé Directeur National pour le Congo de la BEAC par le conseil d’Administration de cette institution. Il va exercer cette fonction jusqu’au 31 Décembre 2008.
Militant  de la première heure, Mathias DZON débute par ailleurs très jeunes en politique notamment dans les mouvements associatifs d’étudiants. Il milite activement à l’Association des Etudiants du Congolais en France (AEC) et la Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France (FEANF) où il occupe successivement les fonctions de président des sections de Nantes et de Paris, de premier secrétaire de l’AEC et de vice président de la FEANF.
Démocrate convaincu, il refuse l’idée de la pensée unique et du monopartisme, décline les offres d’entrer dans les structures du PCT. Rare personnalité de la scène politique congolaise actuelle à avoir assumé les fonctions de responsabilité à l’époque du monopartisme  sans être membre du PCT, parti-état, Mathias DZON  aura gardé sur toute cette période, sa liberté et son attachement aux valeurs démocratiques. Lorsque souffle sur le Congo le vent de la démocratie et du pluralisme politique à partir de 1991, Mathias DZON crée avec d’autres personnalités l’Union Patriotique pour le Renouveau National (UPRN) en 1991. Pendant la Conférence Nationale Souveraine (CNS) de 1991, Mathias DZON se positionne au poste de premier ministre pour diriger la transition et termine quatrième.

Sa volonté de changer le pays et de faire du développement économique et social national une priorité, le rapproche tour à tour du président LISSOUBA et de l’actuel président de la République SASSOU NGUESSO.

A chaque fois, Mathias DZON prend ses distances avec le pouvoir quand ses aspirations de changement, de paix réelle, d’unité nationale véritable et de prospérité pour tous semblent être ignorées ou sont bafouées.
C’est justement après ces expériences que Mathias DZON décide de porter lui-même l’étendard et s’engage en invitant toutes les bonnes volontés, toutes les intelligences et toutes les compétences qui aspirent comme lui au changement, à la paix réelle, à l’unité nationale véritable et à la prospérité de tous les fils et filles du Congo, à se joindre à lui aujourd’hui, pour relever le défit de 2009, celui de mettre fin au système SASSOU NGUESSO.

Son slogan, ENSEMBLE CHANGEONS LE CONGO.


Partager cette page

Repost 0
Published by

Profil

  • DZON MATHIAS
  • Mathias Dzon, économiste de formation, Président de l'ARD et premier secrétaire de l'UPRN
  • Mathias Dzon, économiste de formation, Président de l'ARD et premier secrétaire de l'UPRN

Recherche

Archives

Articles Récents

Liens